Ce qu'il faut savoir

Retrouvez quelques informations sanitaires relatives à la consommaton de cigarettes électroniques...

La cigarette électronique, un danger pour les non-fumeurs ?

Un risque identifié par l'ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) serait que des non-fumeurs utilisent la cigarette électronique, ce qui peut déjà être considéré comme une sorte de dépendance à un geste, voire que des non-fumeurs se mettent à fumer en commençant par la cigarette électronique. Ce risque de dépendance au geste peut aussi toucher les personnes ayant réussi à arrêter de fumer. En effet, le geste de fumer n'a pas un rôle anodin dans la dépendance à la cigarette, il est donc très fortement déconseillé aux anciens fumeurs d'adopter la cigarette électronique. Nhoss, en tant qu'entreprise socialement responsable, veille d'ailleurs à ne jamais adresser ses communications aux non-fumeurs ou mineurs.



La cigarette électronique, un danger pour les fumeurs ?

Pour les fumeurs qui l'utilisent qu'ils soient rassurés sur la nocivité potentielle de la cigarette électronique. Fin 2010, dans une équipe de chercheurs de l'Université de Médecine préventive de Boston (BUSPH) a regroupé plus d'une quinzaine d'études scientifiques indépendantes réalisées sur plusieurs marques de cigarettes électroniques pour les analyser. Leur conclusion est qu'utiliser une cigarette électronique est plus de 1000 fois moins nocif que fumer (résumé en anglais de l'article sur le site de l'Université disponible ici).

L'ANSM tout en restant prudente sur ses conclusions indique que : « concernant le risque de toxicité des solvants utilisés dans les cigarettes électroniques, en particulier le propylène glycol, il est difficile de se prononcer en raison de l'absence de données qualitatives et quantitatives suffisantes. A ce jour, aucun effet indésirable ou cas d'intoxication en lien avec la présence de ces solvants dans les cigarettes électroniques n'a été rapporté. » A titre de comparaison, il est utile de noter qu'une personne qui nhosserait une capsule de saveur par jour (soit environ un paquet par jour) inhale plus de 20 fois moins de vapeur que la norme autorisée en France pour les travailleurs qui sont quotidiennement exposés au propylène glycol. D'autres études ont montré qu'exposées à de très fortes doses les personnes testées devenaient somnolentes ou avaient de légers maux de tête.

Pour une personne dépendante de la cigarette et qui a bien conscience des dangers que fumer représente, vapoter est une réelle avancée en termes d'amélioration de sa santé et de son hygiène de vie. En effet, vapoter, c'est choisir de ne pas respirer les milliers de composés produits par la combustion du tabac, des agents de texture et d'arômes contenus dans les cigarettes. Avec Nhoss, vous savez ce que vous respirez : des composés agréés dans les produits alimentaires qui ne sont pas altérés par la combustion grâce au microprocesseur Nhoss exclusif permettant la vaporisation des saveurs à une température parfaitement contrôlée.
Communiqué de l'ANSM disponible ici.