Une nouvelle étude favorable à la cigarette électronique

Dans la lutte contre la cigarette, l’usage de la cigarette électronique fait parfois polémique dans les médias. Une nouvelle étude mise en œuvre par BVA pour Kumulus Vape[i] a récemment été publiée, mettant en évidence l’efficacité de la cigarette électronique comme aide au sevrage tabagique. Une source d’informations qui vient légitimer le rôle du vapotage.

LES AVANTAGES DE LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE PLEBISCITÉS PAR LES VAPOTEURS

Ce sondage a été effectué auprès d’un échantillon de 1002 personnes fumeuses et/ou vapoteuses âgées de 18 ans ou plus. Malgré leur addiction, les fumeurs sont nombreux à vouloir arrêter de fumer : un sur deux exprime sa volonté de stopper la cigarette et parmi eux, une majorité (68 %) envisage de passer à l’acte dans les 6 prochains mois. La présence d’un enfant mineur dans le foyer constitue un facteur amplificateur venant renforcer le désir d’arrêter de fumer.

La cigarette électronique est considérée comme un outil efficace dans le processus de sevrage tabagique pour la plupart des répondants (55%). Les principaux arguments cités par les vapoteurs ayant arrêté de fumer sont l’efficacité, l’absence d’odeur, l’amélioration de la santé et les économies réalisées grâce à la vape. 

Etude BVA Kumulus Vape



VAPE ET DÉSINFORMATION : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LA SANTE ?

La cigarette électronique est rapidement entrée dans les mœurs mais elle souffre également d’une mauvaise image, véhiculée par les médias et les réseaux sociaux. La désinformation sur la vape atteint des sommets bien que les sources d’informations fiables soient facilement accessibles. 

Pour 51% des personnes interrogées, l’usage de la cigarette électronique représente un réel progrès sanitaire. Cette étude révèle que 53% des répondants considèrent la cigarette électronique comme étant moins nocive que le tabac fumé

Cependant une forte proportion (27%) des personnes interrogées estime que la cigarette électronique est aussi néfaste que la cigarette classique, voire plus dangereuse (8%). Ces chiffres restent alarmants face à la réalité du tabac quand on sait que la cigarette électronique est 95% moins nocive que la cigarette traditionnelle

Avec environ 75 000 décès par an rien qu’en France, la lutte contre le tabagisme s’impose comme une priorité absolue de santé publique. Il faut savoir que la cigarette constitue toujours la première cause de décès évitable dans notre pays. 

Etude BVA Kumulus Vape



LE RÔLE DÉTERMINANT DES POUVOIRS PUBLICS

L’avis général des vapoteurs et/ou fumeurs soulevé dans cette étude donne également un nouvel éclairage sur le rôle des pouvoirs publics. La majorité des personnes interrogées (61%) pensent que le rôle de la cigarette électronique n’est pas suffisamment reconnu par les pouvoirs publics. Par ailleurs, 59% d’entre elles jugent inefficaces les stratégies mises en place pour limiter le tabagisme chez les mineurs.

Dans la tranche des moins de 35 ans, 52% des jeunes pensent qu’ils retourneraient vers la cigarette si l’interdiction des arômes autres que Classic était mise en place. Enfin, la plupart des personnes interrogées (56%) est favorable à une taxation moindre des arômes par rapport à la cigarette classique.

Des informations qui laissent à réfléchir et qui invitent les vapoteurs et vapoteuses à poursuivre leur progression vers une vie sans tabac.

Etude BVA Kumulus Vape



[i] Sondage BVA XSight pour Kumulus Vape sur le vapotage Etude réalisée du 25 janvier au 5 février 2024 auprès de Français fumeurs et/ou vapoteurs âgés de 18 ans et plus.

Laisser un commentaire